livre d'or entreprises

Merci d'avance pour votre message de témoignage. Je vous invite à préciser le contexte de la formation réalisée et votre fonction si vous le souhaitez !

Toutes les références et plus de témoignages sur www.stress-mbsr.fr

 

Commentaires: 2
  • #2

    chateau lefrançois stéphanie (lundi, 11 janvier 2016 11:15)

    L’InVS a débuté sa collaboration avec Laurence en 2014 dans le cadre d’un séminaire-formation intitulé « découverte de la pleine conscience » proposée à un groupe de 25 personnes. Cette première expérience ayant rencontré un véritable succès, 3 autres sessions ont été programmées en 2015. Pour aller plus loin et compte tenu des multiples demandes des stagiaires nous avons sollicité Laurence pour qu'elle nous propose un séminaire d’approfondissement. Laurence a conçu sur le même format un séminaire-formation d'approfondissement « La communication pleine conscience » dont le premier s’est déroulé en décembre dernier. L’InVS poursuivra avec beaucoup d'intérêt cette expérience de pleine conscience en continuant à proposer des séminaires sur cette thématique. Pour l’anecdote lorsqu’un séminaire pleine conscience est proposé, en moins d’une heure le nombre d’inscrits maximum est atteint et nous ouvrons une liste d’attente.
    Stéphanie Chateau Lefrançois, Responsable formation / Développement RH à l'Institut de Veille Sanitaire (InVS)

  • #1

    Marie-Hélène (lundi, 04 janvier 2016 20:33)

    Laurence BIBAS est intervenue au cours d'un séminaire de Managers et Directeurs centré sur les différentes sources d'Energie dans la vie professionnelle. Le challenge était de nous faire découvrir l'apport de la pleine conscience en 1h et auprès d'un auditoire hétérogène en termes de pratiques. Laurence Bibas a su parfaitement s'adapter à ce contexte et tous ont apprécié l'approche mixte "théorie"/"experimentation" qu'elle a déployé. Merci milles fois de la part des 46 participants.

Avant 2016

Raluca Villason, Directrice Ressources Humaines Evian Volvic Export (Groupe Danone), Sept. 2014

 

" Inspirée par les différentes pratiques de la pleine conscience (« Mindfulness ») et les résultats visibles que j’ai pu constater pendant l’émission TV « J’ai décidé d’être heureux », j’ai proposé à Laurence Bibas d’animer un atelier pratique pour nos équipes, dans le cadre de notre convention annuelle en mars 2013 à Evian, France. Notre équipe est multiculturelle : nous avons 18 nationalités parmi une quarantaine de personnes; « nomade » : nous sommes basés dans plusieurs pays, nous voyageons assez fréquemment; Avec une mentalité d’entrepreneurs au sein d’une multinationale et un engagement exceptionnel, l’équipe est très performante. Notre activité demande une forte implication dans un contexte changeant d’une rapidité croissante et de moins en moins prévisible, parfois à forte pression –tous ces facteurs peuvent engendrer du stress, ainsi que des effets pour la santé ou l’équilibre de vie. La convention annuelle était donc, pour moi, DRH une opportunité unique d’avoir tout le monde ensemble (une fois par an!) et de profiter de cette occasion pour partager autour d’un sujet aussi important que « le stress au travail » mais parfois tabou dans le monde d’entreprise. C’était une première, un peu risqué car nous n’avons jamais abordé auparavant la question « comment trouver des ressources internes pour mieux vivre et faire face aux  « stretch » & «  stress » liés à la performance individuelle, collective et économique ainsi que de la vie en dehors de travail » ?

L’intervention avec l’aide de Laurence Bibas nous a permis de sensibiliser nos collaborateurs à ce sujet, (ressenti souvent comme très personnel et donc subjectif) et  de pratiquer quelques techniques de la pleine conscience. La méditation au travail ? C’était une idée assez folle pour quelqu’un/unes mais nous avons eu la surprise de découvrir que finalement, certains participants utilisaient déjà des méthodes pour rester centrés dans le présent, pour améliorer leur vie et le bien-être au travail.  D’autres étaient beaucoup plus réticents à pratiquer les exercices proposés mais le plus important est que chacun a pris (ou s’est rappelé) conscience de l’importance des choix au quotidien pour améliorer la qualité de leur vies. Laurence, avec sa sagesse, son expérience et son grand cœur a réussi non seulement à nous faire passer des bons moments ensemble mais aussi à nous sensibiliser aux techniques de la pleine conscience nous ouvrons à des perspectives individuelles nouvelles et différentes. Merci, Laurence!"


Elise Virecoulon, Développement RH Lyonnaise des eaux et coach indépendant.

 

" Quand j’occupais le poste de Responsable Accompagnement du Changement, à la DRH de Lyonnaise des Eaux, j’ai pu mettre en œuvre une action de gestion du stress par la pleine conscience. Cette expérience reste une des plus marquantes de ma vie professionnelle par son côté innovant, son ampleur et ses effets. L’histoire avait plutôt mal commencé. Des conflits récurrents se manifestaient au sein d’une équipe de relation clientèle (centre d’appel et plateforme de gestion des courriers). Cette filière avait connu de fortes transformations et de nombreux dysfonctionnements persistaient : l’ensemble des indicateurs de performance étaient dans le rouge, les conflits étaient partout et se judiciarisaient.

Lors de ma venue sur le site j’ai tout de suite était frappée par l’implication des collaborateurs dans leur métier et par leur colère à ne pas pouvoir faire leur travail correctement. J’ai perçu toute la difficulté de ces métiers de la relation client, peu valorisés, vivant dans l’urgence des flux d’appels et confrontés à une forte charge émotionnelle. Bien vivre ce métier nécessite une grande assertivité. Les managers eux aussi étaient éprouvés par une ambiance conflictuelle et délétère. Frappée par l’ampleur et la complexité de la situation j’ai voulu proposer un dispositif nouveau, sortant du cadre habituel pour tenter de casser cette dynamique négative et porter vraiment attention aux personnes. J’ai cherché une action qui ne stigmatise pas le problème et qui au contraire ouvre des perspectives positives. Mon point de départ fut la valorisation de ces métiers difficiles et de la reconnaissance des qualités comportementales de ce métier.

J’avais moi-même participé à un cycle MBSR avec Laurence Bibas et au-delà de l’apport en termes de gestion du stress, j’avais été profondément touché par l’état d’esprit d’ouverture et de bienveillance qui émerge de ce programme. Laurence a fini de me convaincre sur de la possibilité de déployer ce programme en entreprise sur la base du volontariat  Il s’agissait ensuite de convaincre la Direction. Il n’est pas facile de parler d’un programme dont la pédagogie est expérientielle, où la littérature sur les expériences en entreprise n’est pas traduite en français et où le seul élément économique que vous pouvait donner de façon certaines est l’investissement financier et temps que cela nécessiterait ! Et pourtant le projet a été validé, c’est un projet profondément humaniste qui a séduit les dirigeants. J’ai ensuite moi-même porté le projet localement en le présentant aux managers, puis aux équipes. J’ai ressenti beaucoup de peur et aussi beaucoup d’espoir. 80% des collaborateurs se sont portés volontaires. L’attente était forte et le résultat a dépassé toutes nos espérances. D’abord une note de satisfaction de 9/10, une compétence acquis dans la gestion du stress, et au-delà de la gestion du stress les participants ont noté une meilleure connaissance de soi, une meilleure capacité d’écoute, une plus grande confiance en soi. Au niveau de l’entreprise les managers ont constaté que les indicateurs de performance se sont redressés, le nombre de conflits avec les clients au téléphone a diminué de façon sensible. Au niveau de la dynamique collective, tout a changé, le lien social s’est transformé, il est moins jugeant, plus ouvert et cela facilite grandement la communication. Aujourd’hui l’équipe a demandé à l’entreprise la mise à disposition d’un lieu pour méditer ensemble sur l’heure du déjeuner, une fois par semaine. 18 mois après les effets positifs de ce dispositif sont encore présents. Il est certain que le nombre important des volontaires a permis d’entrainer une dynamique collective que nous n’imaginions pas au lancement du projet. Et l’implication de l’ensemble de la ligne hiérarchique a constitué un effet levier essentiel. Rendre possible l’impossible c’est ce qu’à permis ce dispositif par sa rigueur et son sérieux, sans rien imposé, en faisant confiance à chacun."